++
Formations

Vous êtes ici : Accueil > Formations

Monter un projet européen, c’est possible ! Témoignage

Sirine Zaim, en deuxième année de la Licence en Droit parcours droit français-droit anglo-saxon, a pu déposer son premier dossier de candidature à la réalisation d’un projet du programme européen Erasmus +. Rétrospective sur l’expérience.

L’exercice a été fait dans le cadre de l’Unité 4 du Diplôme de l’Ecole Européenne de Droit.

Monter un projet Erasmus + n’est pas une mince affaire. Dans un premier temps il vous faut trouver le thème et le sujet que l’on veut traiter et défendre pour les quelques mois qui composent l’élaboration du projet puis sa construction avec une multitude de partenaires pouvant appuyer et apporter une valeur ajoutée à votre élan et effort européen.

Le fond du projet vient généralement assez naturellement parce que le format vous permet de profiter d’une liberté assez conséquente. Il peut s’agir de l’éducation, du sport, de la musique, de l’art, le point d’orgue est d’inclure et de transmettre un message qui caractérise la construction sociale et démocratique de l’Europe.

Pour ce qui est du dossier à constituer il est aisé de le télécharger et de comprendre la plupart des démarches administratives qu’il nécessite sur le site qui lui est dédié. Toutefois je vous recommande de contacter une personne qui connaît bien les démarches liées à l’élaboration de projets européens afin de bénéficier des conseils qui qualifieront et créditeront d’autant plus votre dossier.

La question des partenaires est celle qui m’avait créé le plus d’inquiétudes. Effectivement, mon projet se concentrait sur la rencontre de jeunes venus de plus 5 pays différents à Toulouse !

J’avais décidé de travailler sur la problématique de l’intégration et de l’accueil des migrants en Europe depuis le milieu du 20ème siècle à travers des outils culturels tel que la littérature et le cinéma. Le Liban, l’Espagne, la Macédoine, la Lituanie, la Tunisie, la Turquie ont été finalement les pays partenaires au projet représentés par des acteurs de la vie civile (associations, institutions, groupes informels de jeunes).

La rencontre de ces partenaires s’est faite en partie grâce à la plateforme SALTO, qui facilite le contact à l’échelle européenne des porteurs de projets ainsi que par l’intermédiaire de personnes qui avaient des structures connues dans le pays visé.

Pour le reste il s’agira d’un travail d ‘écriture. Il est fondamental de bien présenter votre projet, vos partenaires, et de répondre aux nombreuses questions que la Commission Européenne se pose afin de connaître de la qualité et du sérieux de votre démarche. Ici les maîtres mots sont : écriture, lecture, relecture. Tous les détails comptent !

Enfin, je souhaite terminer ce témoignage par un point de vue un peu plus personnel.

Les projets Erasmus+ sont des opportunités pour tous les jeunes mais peut-être le sont-elles davantage pour les étudiants de l’Ecole Européenne de Droit.

Des cours autour de l’Union nous sont prodigués et je sais à présent que ces projets nous font réaliser à quel point l’Union Européenne réside surtout dans ses citoyens.

Rencontrer l’Europe ce n’est pas seulement rencontrer ses textes juridiques ou les dates qui en sont certes des symboles. Sans vouloir faire prévaloir l’expérience humaine sur l’expérience académique, il me semble que les deux s’enrichissent l’une de l’autre.

Faites parler votre créativité, faites valoir vos droits à cette merveilleuse expérience !

Visitez le site de l'Agence française du Programme Erasmus+ Jeunesse & Sport




Mise à jour le 24 mars 2016


Rechercher un article

Rechercher un article